Restructurée, Somap s’offre un nouvel horizon pérenne

C’est le soulagement dans les rangs de Somap. Après dix-huit mois d’incertitude de la période de redressement judiciaire, la société de manutention rouennaise, filiale de Marfret, entrevoit un nouvel avenir avec, à la clé, la pérennité des emplois. Le tribunal de commerce de Rouen a en effet accepté et salué à l’unanimité le plan de restructuration de l’entreprise de manutention élaboré en interne et soutenu par le groupe Marfret. Une nouvelle ère s’ouvre pour la Somap et le Terminal Conteneurs et Marchandises Diverses (TCMD), tout à la fois terminal maritime et base logistique et multimodale de la vallée de Seine.

À compter du premier trimestre 2022, les clients découvriront un terminal de 140 000 m2 moderne, compétitif, bénéficiant d’un accès automatisé. Somap et AMS en restent les manutentionnaires, mais la partie terrestre sera traitée par une nouvelle entité : Rouen Conteneurs Terminal (RCT), fruit de la mutualisation des moyens matériels et humains des deux entreprises de manutention précitées. 

Comme dans les grandes places portuaires, les transporteurs routiers pourront accéder au terminal via une prise de rendez-vous afin de fluidifier le passage portuaire. Un Terminal Operating System « Oscar » de dernière génération, utilisé dans le monde entier, sera déployé afin d’améliorer la gestion du terminal TCMD grâce à l’automatisation des opérations.

Le plan de restructuration en trois volets, élaboré pour rendre Somap viable, a été conçu pour dimensionner l’entreprise aux trafics de conteneurs actuels et la moderniser. Le premier volet a été une réflexion sur les besoins en outillage et en engins. 

La deuxième décision importante a été d’œuvrer au rapprochement entre les groupes Marfret et Kuhn, propriétaire d’AMS, pour bâtir une organisation terrestre axée sur des synergies. « Nous avons créé une société de moyens, RCT, avec comme clients uniques Somap et AMS; RCT loue les engins et reçoit les dockers affectés aux opérations de manutention à terre et au brouettage sur la zone portuaire », détaille Louis Bonnefon, directeur de Somap.

Enfin, une réduction des effectifs de Somap a été rendue possible grâce à l’adoption d’un plan de départs volontaires, de neuf personnes, assorti d’un accompagnement social et d’une prime à la reconversion. Somap emploie désormais 35 collaborateurs.

Terminal maritime et hub multimodal

La Somap regarde maintenant l’avenir avec optimisme en offrant un service de manutention portuaire aux navires de ligne maritime jusqu’à 4 500 Evp et un hub multimodal sur l’axe Seine, aussi bien pour les marchandises export qu’import. « Nous soutenons l’activité havraise en positionnant Rouen comme le relais de la distribution en France, appuie Louis Bonnefon, et ceci grâce à l’espace dont nous disposons, à la facilité d’accès au terminal et aux solutions de massification que nous proposons depuis et vers le Havre avec notre service navette Fluviofeeder ».  En effet, l’Arina fait escale dans trois terminaux au Havre ( TDF, TN et Quai des Amériques), avant de gagner Rouen deux fois par semaine via la Seine. C’est également par le fleuve que le Marfret Seine relie cette fois la région parisienne avec une escale à Rouen tous les mercredis. 

En 2021, pour la première fois depuis 2016, la Somap a vu le retour de la ligne régulière Guyane/NEFGUI pour trois escales, puis à nouveau trois autres escales de repositionnement de conteneurs vides, cela en soutien au sein d’Haropa des terminaux havrais en prise avec une congestion endémique liée aux tensions logistiques mondiales. 

2022 sera l’année pendant laquelle la restructuration de la Somap et du TCMD sera achevée, avec une offre améliorée et un positionnement stratégique sur l’axe Seine au sein d’Haropa.

Fluviofeeder, acteur engagé pour la planète

Depuis plus de 15 ans, le groupe Marfret s’engage pour un développement durable. FluvioFeeder a ainsi vu le jour en 2005 pour offrir aux clients du maritime une solution de transport fluvial massifié sur la Seine pour le pré et post acheminement des marchandises transatlantiques. Une alternative à la route soucieuse de la préservation de l’environnement et de la nature. Notre solution de transport fluvial ôte chaque année, et ce depuis 15 ans, l’équivalent de 20 000 poids lourds à la route.

Ces questions de massification interpellent un nombre croissant de nos clients chargeurs, industriels, importateurs, exportateurs engagés eux-mêmes dans une politique de préservation de l’environnement pour permettre à notre planète de mieux respirer.

Notre vision consiste à capitaliser sur le potentiel de croissance de la voie d’eau.

La navette fluvio-maritime de FFA relie à raison de deux allers-retours hebdomadaires Le Havre à Rouen. Aujourd’hui opérée par l’Arina, navire de 100 m de long pour 300 Evp de capacité, cette navette connecte les terminaux de Port 2000 au Havre au hub rouennais de Marfret. La stratégie multimodale repose également sur la création de valeur ajoutée en synergie avec les professionnels de la place, transitaires et logisticiens.

Une stratégie consolidée au fil des ans avec la construction d’automoteurs de 45 m pour la Marne et la région parisienne. La Lys et La Seine, deux automoteurs de 1500 tonnes de capacité opèrent deux services hebdomadaires aller-retours, l’un entre Rouen et Nogent-sur-Seine et l’autre entre Rouen et Gennevilliers.

Grâce à cette offre, nos clients font l’économie de frais de stationnement et bénéficient d’une logistique déportée à la fois économique et écologique.

Le rachat de l’entreprise de manutention Somap en 2017 a ouvert de nouveaux horizons. Grâce au rapprochement en cours  avec AMS également opérateur de manutention du terminal conteneur de Rouen,  l’entreprise retrouve le chemin de la compétitivité  tout en améliorant l’offre de service en s’appuyant sur le savoir-faire de notre équipe de 35 dockers. Une nouvelle phase pour Somap, basée sur la mutualisation des moyens de manutention terrestre avec son partenaire, qui va redynamiser l’activité du terminal et conforte son attachement historique à la place rouennaise.

L’axe vallée de Seine est aussi un formidable levier au service de l’économie circulaire. FluvioFeeder, en reliant par le fleuve Précy-sur-Marne et Gennevilliers, accompagne les acteurs du déchet à s’engager dans une boucle vertueuse pour acheminer les volumes vers les centres de tri.

Avec FluvioFeeder, le groupe Marfret agit, innove pour ses clients et pour la planète en répondant aux enjeux de décarbonation du secteur du transport.

Service MPV: Marfret enrichit son offre de transport vers les Antilles et la Guyane.

Lancé en 2020, le MultiPurpose Vessel Service (MPV) atteint sa vitesse de croisière après plusieurs mois d’exploitation entre la Guyane, Pointe-à-Pitre, Anvers et Le Havre.

Ce service, opéré par le Marfret Niolon d’une capacité de 1212 m linéaires, achemine du fret non conteneurisable (roulant, conventionnel) ainsi que du fret sensible nécessitant une connaissance fine des procédures douanières. C’est le cas, par exemple, des expéditions de marchandises dangereuses en sortie de Guyane et Guadeloupe pour lesquelles il n’existe pas aujourd’hui de solution locale de stockage et de traitement.  La ligne MPV offre un service de transport régulier pour leur traitement en métropole qui s’inscrit au cœur d’une politique publique de développement durable.

Le MPV est appréciée des chargeurs pour son transit-time compétitif avec, à titre d’exemple, 15 jours entre Anvers et Dégrad-des Cannes. Le service bénéficie en outre d’une connexion au service Ferrymar de Marfret aux Antilles.      

Prochains départs : Anvers 8/10 – Le Havre 11/10 – Pointe-à-Pitre 28/10 – Dégrad-des-Cannes 8/11